Opus Finance

Les options sur spread, protéger sa marge

Depuis la catastrophe nucléaire de Fukushima, les décisions des pays européens en matière de politique énergétique nous conduiront sur les vingt prochaines années à trouver des sources d’énergie alternatives à l’électricité nucléaire. La part prise dans la répartition des sources de production d’électricité par les transformateurs de charbon, de gaz et de pétrole en électricité s’accroîtra dans les années à venir. Cette tendance nous a conduit à étudier les caractéristiques d’une famille particulière de produits financiers : les Energy Spread Options. Nous verrons comment ces produits permettent de se protéger des aléas inhérents à ce type de production d’énergie.

Crise de liquidité

Pilotage du LCR ou du risque de liquidité? La crise de liquidité a engendré une réponse réglementaire en cours d’ajustement qui pousse à un questionnement sur l’optimisation réglementaire d’un ratio réellement « engageant » pour l’activité des banques.

News Letter n°14

Dans cette newsletter, nous revenons sur l’encadrement réglementaire de la titrisation.
 
C’est pour nous l’occasion de passer en revue les modifications réglementaires sur la titrisation depuis Bâle 2.

News Letter n°13

Dans cette newsletter de l’été, nous abordons la réforme du Trading Book sous l’aspect de la mise en oeuvre d’un nouvel indicateur de risque de marché — l’Expected Shortfall (ES) et la refonte de l’approche standard du risque opérationnel.

News Letter N°11

Cette News Letter traite des limites liées à l'utilisation de l'approche IRB-A du risque de crédit.
 
Celle-ci s'articule en deux blocs :
- Comparaison de  l'approche IRB à la nouvelle norme comptable IFRS 9
- Mise à jour du calendrier réglementaire 
 
Bonne lecture ! 

News Letter n°10

Cette dernière newsletter de l’année 2015 aborde le nouveau coussin de sécurité (TLAC – Total Loss Absorbing Capacity) destiné à faire porter les risques d’une banqueroute d’une banque systémique non seulement sur ses actionnaires, mais également sur les créanciers obligataires.
Ce nouveau ratio s’inscrit dans le cadre plus large de la procédure de résolution des banques
systémiques.

La mise en oeuvre du TLAC soulève deux questions qui seront abordées ici 
  •  Quel intérêt pour une banque de basculer ou de se maintenir dans la catégorie des banques systémiques ?
  •  Le niveau d’émission obligataire pour couvrir les besoins des banques ne va-t-il pas concurrencer ceux des états ?

News Letter n°4

Dans ce quatrième numéro, deux sujets explorent deux risques distincts : le risque de marché et le risque de crédit vis à vis d'une contrepartie centrale. 
Le lien entre ces deux sujets ? Les opérations de marché et la crainte de la présence d'une bulle spéculative sur les marchés du fait de l'abondance de liquidités à bas coût.
 
 

News Letter N°9

Ce neuvième numéro de notre Newsletter aborde à nouveau le risque de contrepartie mais ici sous la forme d'une comparaison entre la nouvelle méthodologie SA CCR de calcul de l'exposition et la CEM en vigueur.
Naturellement, nous abordons les écarts méthodologiques, mais nous vous présentons également les évolutions du processus de calcul, pour alimenter votre réflexion.
En effet, la méthode SA CCR doit être implémentée d'ici le 1er janvier 2017.
 

News Letter N°8

Notre Newsletter n° 8 de mai-juin 2015 aborde la nouvelle méthode standard de gestion du risque de crédit.
Au travers de cette réforme, le Comité vise à rapprocher la future méthode standard de celle fondée sur les modèles internes. Pour cela, il introduit un concept nouveau : l’indicateur de risque.
 
7 années de suivi trimestriel, de missions d’homologation et d’études quantitatives lui ont donné une vision claire :
- des facteurs de risque des modèles internes les plus partagés entre banques,
- et des limites des méthodes de calibration reposant sur des données dont la qualité est perfectible.
 
Ce constat le conduit naturellement à mettre en place un système de « floor » de capital calculé sur la base de la nouvelle méthode standard, pour encadrer la méthode interne.
 
Ces réformes, la refonte de la méthode standard et la mise en oeuvre du « floor » de capital pourraient avoir des conséquences sur :
- les approches utilisées par les banques pour calculer leurs exigences de fonds propres,
- la qualité des données et les systèmes d’information (via la granularité des informations à restituer).

News Letter N°7

Déontologie et Éthique des affaires. Ce thème rabattu à fréquence régulière a pris une ampleur inégalée depuis 2014.
 
Si dans un premier temps, la justice a cherché à punir les extravagances liées directement à la crise des prêts immobiliers accordés selon des critères plus ou moins laxistes, depuis trois ans avec l’appui d’Administrations en guerre contre le financement du terrorisme et de Trésors publics exsangues, elle s’est tournée vers tout type de manipulations de marchés ou contournement de législations ou d’usages.

Si certains cyniques voient à travers ces actions un moyen efficace de renflouer les caisses des états ou de renforcer l’hégémonie de la législation américaine s’appliquant au-delà de ses strictes frontières territoriales, d’autres pourront voir au contraire une action salvatrice en faveur de la transparence des marchés. Pour mémoire, ce principe est le socle sur lequel reposent les modèles d’évaluation des actifs financiers.
 
Logiquement, ce 7e numéro de notre Newsletter aborde le thème de la mise sous réglementation américaine des filiales des grands groupes bancaires internationaux aux États-Unis avec la création d’une holding bancaire de droit local et les conséquences en termes de dispositif de gestion des risques. Faute d’autorégulation du secteur, la « Pax Americana » s’applique dorénavant de façon explicite au monde bancaire.
Instauré depuis le lancement de notre Newsletter, vous trouverez également notre calendrier réglementaire semestriel mis à jour.
S'abonner à RSS - Opus Finance