Message d'erreur

Notice : Undefined variable: output dans theme_pdf_reader() (ligne 189 dans /data/html/drupal/modules/pdf_reader/pdf_reader.module).
article
Network structure and systemic risk in banking systems
télécharger
Sujet(s): Risque de contrepartie, Corrélation
auteur(s): Rama Cont, Amal Moussa, Edson B. Santos
date : 01 Avril 2012

Cet article présente une méthode pour analyser le potentiel de contagion et le risque systémique d’un réseau d’institutions financières interdépendantes. Le réseau est caractérisé en utilisant une métrique particulière: l’indice de contagion. La méthode est utilisée pour les institutions financières brésiliennes entre 2007 et 2008. Elle permet d’analyser le bilan de ces banques et leurs contributions au risque systémique. En particulier l’accent est mis sur l’influence du l’hétérogénéité du réseau et la concentration des expositions des contreparties vis-à-vis d’une institution donnée en expliquant son importance d’un point de vue systémique. Cette analyse plaide en faveur d’une exigence en capitale dépendant de l’exposition, plutôt qu’agrégée à partir des bilans.  Elle montre aussi que les mesures de risque pour intégrer le risque systémique doivent être estimées conditionnellement et non pas en moyenne. Finalement, les auteurs montrent que les institutions financières brésiliennes sont peu sensibles à des effets de contagions qui mèneraient à leurs faillites. Ces effets peuvent cependant dans certains cas mener à des pertes très importantes.

Notre avis

On notera, c’est très frappant, que cette étude montre quelques régularités pour ces phénomènes d’effets dominos :

  • Le réseau interbancaire présente une structure hétérogène très marquée. Le réseau est invariant d’échelle. Les expositions sont réparties avec des lois ayant des queues distributions très lourdes. Les individus ont des lois fortement dépendantes du temps, mais le réseau lui présente une grande stabilité, comme si la dynamique des éléments du réseau se compensait.
  • Les risques systémiques sont concentrés à quelques nœuds du réseau. Quelques institutions seulement sont susceptibles d’engendrer des effets dominos.
  • La négligence des effets composés corrélés des chocs de marché peut mener à une forte sous-estimation du risque de contagion. Les chocs sur le marché augmentent la proportion d’expositions contaminantes sur le réseau financier qui transmettent la défaillance à tous les scénarios.
  • La taille des bilans bancaires n’est pas un bon indicateur pour le risque systémique. Les mesures liés au réseau, à la force de  ses connections et à sa densité (faiblesses locales du réseau et sensibilités) contribuent très significativement au risque systémique.
  • L’indice de contagion de Rama Cont permet une analyse des effets de différentes allocation en capital à travers le réseau. Un seuil en capital immunise le réseau contre un risque de contagion et cela d’autant plus que ce capital est alloué aux nœuds les plus fragiles.